Login Accedi ^
Italiano
Registrati
Registrati su Weekeep! Trova i tuoi amici di Facebook, organizza i tuoi viaggi e visita oltre 1.000.000 eventi in tutto il mondo!
Accedi con Facebook
Accedi con Google+
Facebook Google+
X
RISULTATI
MAPPA
DETTAGLIO
$mapTile_Titolo
$mapTile_Immagine
$mapTile_Indirizzo
$mapTile_LastMinute
$mapTile_Durata
Località
Dormire
Mangiare
Offerte Speciali
Eventi
Mostra tutte le 7 categorieMostra meno categorie
Mostra tutte le 11 LOCALITAMostra meno località
Mostra tutte le 23 sistemazioniMostra meno sistemazioni
PREZZO : da € a
OSPITI :
CAMERE :
STELLE : da a
Mostra tutte le 13 categorieMostra meno categorie
Mostra tutte le 13 categorieMostra meno categorie

Présentation des livres "Séparation" et "La couleur de l'inceste" à la Ralentie

Galerie La Ralentie 22-24 Rue de la Fontaine au Roi , Parigi, Francia
Google+

La Galerie la Ralentie vous invite à rencontrer

Nicole Malinconi et Jean-Pierre Lebrun
autour de leurs livres

Séparation

et

Les couleurs de l’inceste


Le Vendredi 27 juin 2014 à 20h30



La Ralentie Art et Pensée
22-24 rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris
Tél: 01 58 30 68 71 galerielaralentie@yahoo.fr / www.galerielaralentie.com



Il me semble que j’avais parlé comme on avance dans le noir. Après tout, il en va souvent ainsi pour la psychanalyse, oui, mais dans certains cas on finirait bien par souhaiter qu’il suffise de s’arrêter de parler pour que le noir cesse. Parler vait l’air de causer les maladies et les douleurs, mais ce n’était qu’un air ; je savais que c’était aussi le seul moyen de ne pas succomber à celle-ci. Au fond, voilà, je me séparais de ma mère et j’en étais malade tout le temps ; j’étais comme mon double. Ou divisée, c’est comme on voudra. Disons que je parlais contre mon double malade et endolori, contre le retour à l’état d’enfant que cause la maladie, et ma ténacité à rester cet enfant-là ; je parlais contre l’enfant collé de ma mère, je parlais contre ma mère. J’avais pourtant l’impression de commencer à l’aimer.

/ Nicole Malinconi


Le désir de l’inceste est partout présent dans nos existences. Car il est ce à partir de quoi se construit à l’origine le désir. Mais pour que l’enfant s’humanise, qu’il devienne un véritable sujet, un être de parole, il lui faut renoncer, non pas comme on le dit communément à coucher avec sa mère, mais à la jouissance qu’il partage avec elle. Et à laquelle celle-ci doit également renoncer. Or, de nos jours, l’interdit oedipien, impliquant de prendre de la distance avec le premier Autre de l’enfant, avec l’univers maternel, et de se confronter à la perte, va de moins en moins de soi. Car la délégitimation dans notre environnement néolibéral de toutes les figures d’autorité, à commencer par celle du père, rend ces opérations difficiles. D’autant plus difficiles que tout, dans le discours dominant, tend à renforcer l’évolution vers une société qui prône, au nom d’une légitime aspiration à la démocratie, l’égalité sans limite - notamment entre le père et la mère, entre les générations. Et la mise en avant d’un seul individu, sinon d’un éternel enfant-objet. Ce qui conduit à confondre différence et altérité et incite d’autre part à récuser toutes les contraintes, à abolir toutes les limitations à la jouissance. Non sans conséquences, comme le montre par exemple l’apparition de nouvelles pathologies et en particulier l’essor spectaculaire des addictions de toutes sortes. (...)

/ Jean-Pierre Lebrun

Veniteci a trovare
il 27 giugno 2014

Che Tempo fa

Recensioni

Caricamento...
Caricamento...
In questa zona i nostri Partner offrono: