Login Accedi ^
Italiano
Registrati
Registrati su Weekeep! Trova i tuoi amici di Facebook, organizza i tuoi viaggi e visita oltre 1.000.000 eventi in tutto il mondo!
Accedi con Facebook
Accedi con Google+
Facebook Google+
X
RISULTATI
MAPPA
DETTAGLIO
$mapTile_Titolo
$mapTile_Immagine
$mapTile_Indirizzo
$mapTile_LastMinute
$mapTile_Durata
Località
Dormire
Mangiare
Offerte Speciali
Eventi
Mostra tutte le 7 categorieMostra meno categorie
Mostra tutte le 11 LOCALITAMostra meno località
Mostra tutte le 23 sistemazioniMostra meno sistemazioni
PREZZO : da € a
OSPITI :
CAMERE :
STELLE : da a
Mostra tutte le 13 categorieMostra meno categorie
Mostra tutte le 13 categorieMostra meno categorie

<< Rouge Je Ma Muse >> Exposition RAPHAËL LARRE. Vernissage et Performance le jeudi 5 juin de 18h à

Galerie Popy Arvani 7, rue Jean-Pierre Timbaud, Parigi, Francia
Google+

Rouge Je Ma Muse

Ni leçon de morale, ni compensation. Mais inversion, métamorphose et travestissement. L’exposition/performance de Raphaël Larre met en scène avec une jubilatoire énergie une autre version du conte du Petit Chaperon Rouge, traversé de problématiques actuelles mais ancré dans nos résonances archaïques. Un frisson d’érotisation diffuse, innocente et ambivalente court parmi les quinze grands dessins. Ponctuée du rouge de l’ellipse phallique du petit chaperon, du vert de la forêt au printemps, la narration réserve des surprises au loup pris au piège du désir qui dé-borde le graphisme et le récit. Accueilli par les ardeurs d’une grand-mère avide de sensations charnelles, le loup rempli son nouveau personnage en y laissant son âme de séducteur. Peau de chagrin, ombre de lui-même, entre les mains du petit chaperon y perd même sa queue, le fin mot de la cruelle innocence de l’enfance.
Le soir du vernissage, Raphaël Larre, lors d’un acte performatif, de son écriture/dessin, sismographe de la fantaisie de la rencontre, transformera les invités en figures totémiques zoomorphes, bestiaire dionysiaque dans la foret de tous les possibles, empreinte de l’ inconsolable limite entre l’humain et l’animal. Tours et détours du travail de l’artiste qui se retourne vers un ailleurs. Cette écriture du vivant, filmée, se dédouble sur l’écran, miroir synchrone de l’œuvre en train de se faire, de sa totalité en devenir. Sur un autre écran, un petit film d’animation recompose librement le conte et réitère ses énigmes fragmentaires.
A la forêt/archétype du conte répond la fantasmagorie d’une hybridation inter espèces, à laquelle le flux plastique insuffle l’infinie métamorphose de nos mythes.

Malvina Bompart

Veniteci a trovare
il 5 giugno 2014

Che Tempo fa

Recensioni

Caricamento...
Caricamento...
In questa zona i nostri Partner offrono: