Login Accedi ^
Italiano
Registrati
Registrati su Weekeep! Trova i tuoi amici di Facebook, organizza i tuoi viaggi e visita oltre 1.000.000 eventi in tutto il mondo!
Accedi con Facebook
Accedi con Google+
Facebook Google+
X
RISULTATI
MAPPA
DETTAGLIO
$mapTile_Titolo
$mapTile_Immagine
$mapTile_Indirizzo
$mapTile_LastMinute
$mapTile_Durata
Località
Dormire
Mangiare
Offerte Speciali
Eventi
Mostra tutte le 7 categorieMostra meno categorie
Mostra tutte le 11 LOCALITAMostra meno località
Mostra tutte le 23 sistemazioniMostra meno sistemazioni
PREZZO : da € a
OSPITI :
CAMERE :
STELLE : da a
Mostra tutte le 13 categorieMostra meno categorie
Mostra tutte le 13 categorieMostra meno categorie

EXPOSITION VALERY GRANCHER A CASABLANCA

GVCC 25 Avenue Moulay Rachid, Casablanca, Marocco
Google+

Jean-Marc Avrilla parle de Valery Grancher:

L’artiste Valéry Grancher nous a habitué au fil de l’évolution de son travail à multiplier les médias car son œuvre interroge très justement la multiplicité de leur usage dans le champ des arts visuels. Cette question passe désormais en seconde position pour se centrer sur une autre interrogation tout aussi présente dans son travail, celle de notre esprit. Non pas esprit de soi, non pas pensée personnelle, mais esprit commun aux hommes, au groupe humain. Vaste programme. Valéry Grancher s’est détaché des objets pour un travail puisant dans l’anthropologie une partie de ses approches – on se souvient de ses vidéos sur et avec les indiens Shiwiars – tentant de rapprocher un média aussi traditionnel que la peinture de l’usage plus récent d’internet. C’est également une pensée globalisée axée sur les flux et les échanges non matériels. Autrement dit, un mélange des flux très contemporains nés des nouvelles technologies et des flux anciens comme la télépathie, dont il fit l’expérience chez les Jivaros.
Ces vidéos, alternant visions documentaires et subjectives, sont des images encore porteuses d’un exotisme qui a trouvé une forme d’expression dans le mythique Blade Runner où qui pourrait illustrer un roman écrasant de chaleur et ruisselant d’humidité d’Antoine Volodine. Néanmoins, les personnages ont disparus. Seules les traces sont là, pour V. Grancher, des dessins hésitants entre minimalisme et science.
L’étrange navigation à la surface du globe collée à la Station Spatiale Internationale (ISS), au delà des couleurs exceptionnelles des aurores boréales ou de la courbe bleue de notre planète, trahit l’explosion énergétique d’un magma tout électrique et si humain, comme si sa surface était à nouveau incandescente d’un feu titanesque, mais le dernier stade constaté de l’Anthropocène. Cette énergie, se retrouve à l’état brut sur les dessins de V. Grancher. Deux brulures à la loupe dessinent sur un papier de bambou un arc brun définissant au choix la Terre, la Lune ou le Soleil, et un autre présente un papier frotté d’une pierre de la météorite d’Allende, mémoire du Bigbang.
Ce jeu est finalement d’une grande clarté, tendu d’une poésie toute taoiste. C’est la transformation de toute chose en une autre nouvelle, qui elle aussi subira le même sort. C’est en tendant vers des traditions non occidentales que Valéry Grancher repense les médias et la question primordiale d’une universalité subjective qu’impose le monde globalisé. Les règles de ce nouveau ping-pong sont de celles que l’on doit réinventer sans cesse, obéissant à une méta-loi, celle de se penser ensemble dans un même monde fini sur lui-même, ouvert tout entier au cosmos.

Veniteci a trovare
il 26 giugno 2014

Che Tempo fa

Recensioni

Caricamento...
Caricamento...
In questa zona i nostri Partner offrono: