Login Accedi ^
Italiano
Registrati
Registrati su Weekeep! Trova i tuoi amici di Facebook, organizza i tuoi viaggi e visita oltre 1.000.000 eventi in tutto il mondo!
Accedi con Facebook
Accedi con Google+
Facebook Google+
X
RISULTATI
MAPPA
DETTAGLIO
$mapTile_Titolo
$mapTile_Immagine
$mapTile_Indirizzo
$mapTile_LastMinute
$mapTile_Durata
Località
Dormire
Mangiare
Offerte Speciali
Eventi
Mostra tutte le 7 categorieMostra meno categorie
Mostra tutte le 11 LOCALITAMostra meno località
Mostra tutte le 23 sistemazioniMostra meno sistemazioni
PREZZO : da € a
OSPITI :
CAMERE :
STELLE : da a
Mostra tutte le 13 categorieMostra meno categorie
Mostra tutte le 13 categorieMostra meno categorie

Vernissage Mélanie-Jane Frey "American Diary" / Galerie de Centre Iris pour la photographie, Paris,

Centre Iris pour la Photographie 238 rue Saint-Martin, Parigi, Francia
Google+

L’exposition -- 13. 06. > 13. 09. 14 --
-- Mélanie-Jane Frey / American Diary --
Tirages au palladium
Vernissage le jeudi 12 juin 2014, à partir de 18h30
... C’est à un road-trip photographique dans une certaine Amérique mythique que nous convie Mélanie-Jane Frey. C’est aussi l’occasion d’un hommage, en même temps qu’une perturbation des clichés qui nourrissent la mémoire visuelle collective du grand ouest américain et des mégapoles des États-Unis.
En choisissant le procédé au palladium* pour restituer
son voyage, la photographe choisit aussi de naviguer
dans un espace-temps indéterminé, bien que ponctué
de signes plus contemporains. Le rendu soyeux du
palladium, teinté de nostalgie, les contours souples
des images, tout concorde dans ce procédé à une perte de repères temporels, tout ajoute au trouble des sens et à une lecture rationnelle des photographies. Tout pousse à ressentir et non plus à comprendre.
Les images de Mélanie-Jane Frey ont non seulement à voir avec un parcours initiatique à travers l’Amérique, mais constituent ensemble le symbôle d’un monde, qui, soumis aux bouleversements tant urbains que sociaux et à la vitesse de la technologie, reste profondément attaché à une histoire et à un territoire que l’on désire immuables. Un entre-deux temporel donc, mais aussi spatial.
Quelques emblèmes universels traversent la série
« American Diary » : le drapeau américain flottant au
premier plan devant le port de New York, le Golden
Gate Bridge de San Francisco, la Monument Valley
et la Route 66. Ils semblent pourtant se dissoudre et
s’estomper dans un environnement visuel onirique,
pour intégrer un univers à la fois plus absolu et
pourtant plus intime.
Dans son appréhension, souvent floue ou trouble,
d’une végétation soumise à l’aridité du désert, d’un
soleil que l’on imagine implacablement assommant,
Mélanie-Jane Frey invite à une pause, entre solitude
et contemplation. Le temps traverse lentement mais
inexorablement toutes ses images. Il s’accélère quand le périple de la photographe croise les villes, dont les images sont les seules traversées de présences humaines. Elles font office d’étapes, mais ne constituent pas le cœur de ce qui s’apparente à une odysée.
Ce carnet de voyage est un dilemme, un aller-retour
entre ce besoin de silence et sa crainte. Un silence
qui porte en lui-même une angoisse. Ce chien perdu
dans le désert, ne nous interroge-t-il pas et ne nous
renvoie-t-il pas à nous même, à notre pusillanimité, à
notre errance, à notre propre vacuité ?
Loin de l’anecdotique et de l’attendu où un tel périple
peuvent conduire, les images de Mélanie-Jane Frey
sont en suspension, laissant place à une future narration, à la possibilité d’une fiction. Sensible à
la poésie du moment, « American Diary » brouille
l’inconscient collectif en un temps ralenti, voire figé.
Les images indéfinies, frémissantes sont autant d’éveils progressifs de souvenirs enfouis, comme au sortir d’un rêve, ou sous l’effet d’une brume de chaleur.
Comme les distorsions d’un instant et d’un territoire.
Ces photos oniriques, à l’esthétisme décalé, servent
la vision personnelle et sensible de Mélanie-Jane
Frey. La photographe partage avec nous le quotidien
d’un riche voyage intérieur, nous invitant à prendre
le temps de voir avec poésie, prendre le temps d’être
avec soi-même, prendre le temps de chercher...

* Le palladium
Il s’agit d’un procédé alternatif utilisé par une minorité
d’artistes photographes dont, au début du 20ème siècle, Alfred Stieglitz, Edward Weston et, plus récemment, Irving Penn.
Considérée comme l’un des summums de la photographie alternative, la platinotypie est un processus de tirage photographique breveté par William Willis en 1873, après de nombreuses expérimentations par différents photographes et scientifiques depuis 1830. Durant la première guerre mondiale, l’augmentation du prix du platine, alors utilisé comme catalyseur de produits explosifs, encourage la plupart des photographes à se
tourner vers d’autres procédés photographiques, dont l’argentique, jusqu’à faire complètement disparaître les papiers de platine du marché.
Redécouvert en 1960-70, ce procédé alternatif est
apprécié notamment pour sa gamme étendue de
tonalités et l’unicité qu’il offre à chaque image.
La particularité de cette technique réside dans
l’imprégnation des particules de platine finement
divisées qui permet ainsi à l’image de se conserver aussi longtemps que son support.
Le procédé au palladium est une méthode de tirage
par contact passablement lente, qui nécessite une
forte lumière UV et des négatifs de la taille de l’image
souhaitée. Le papier est sensibilisé par un mélange de sels ferriques et de chloroplatinite pour être ensuite mis en contact direct avec le négatif. Traitée, après son développement, dans une solution d’oxalate de potassium, de citrate d’ammonium ou autres révélateurs adaptés à la platinotypie, l’image est composée de palladium, ce qui lui donne une tonalité qui peut varier d’un noir froid métallique à un brun roux, selon le mélange de métaux nobles.
A l’heure actuelle, les tirages platine et palladium sont
de plus en plus prisés, particulièrement par les galeristes, les conservateurs de musées et les collectionneurs d’art qui les apprécient pour leur stabilité.


Contact presse : Olivier Bourgoin / +33 (0)6 63 77 93 68 / olivierbourgoin@centre-iris.fr
Contact Centre Iris : Pierre Gassin / + 33 (0)1 48 87 06 09 / pgassin@centre-iris.fr


Centre Iris ... pour la photographie
238 rue Saint-Martin - 75003 Paris - France
+33 (0)1 48 87 06 09
www .centre-iris.fr
galerie@centre-iris.fr
du mardi au samedi, de 14h à 19h
Entrée libre
Métro: Réaumur Sébastopol / Rambuteau/ Arts et Métiers

Dossier de presse ici -> http://ick.li/0BZBDo

Veniteci a trovare
il 12 giugno 2014

Che Tempo fa

Recensioni

Caricamento...
Caricamento...
In questa zona i nostri Partner offrono: